title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

Carnets de Traces magazine n° 130

« Trois poèmes écrits à Termes » p. 13-14

argaiv1645

 

« Vous avez honte quand vous vous surprenez à dire une prière. » G. Apollinaire

 

Kala
La lune est un fruit d'argent

Les moutons paissent le soir
La rosée des coteaux

Et les cheveux rouges de soleil
Kala
Rayonnent de henné.

 

***

 

L'amour me rend seul
Et m'éloigne de toi

Le feu a tout brûlé

Il est facile de dire
Que je mourrai désespéré

 

***

 

Des brouillards de suicide
Envahissent mes yeux
Et la tristesse
Tristesse des cieux
Me hissent aux malheurs
Ténébreux de silence

La nature est frileuse
Et le feu de gris bleu
Frissonne dans la cheminée

Je suis seul et seulement je serre
Entre mes doigts pour prier

Le désespoir de mes rêves
L'insolence du temps
Et l'éternité désespérée de la flamme.

Informations supplémentaires

  • Editions: Traces, Revue et éditions poétiques (Michel François Lavaur)
  • Date de parution: N° 130 Octobre 1977