title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

Vagabondages

« Voyage en Allemagne » p. 97 à 102

argaiv1645

 

« Il n'est point de patrie pour le cœur sauvage de l'homme. »
Hölderlin

 

Je reviendrai à La Goilane

 

les doigts chargés de bijoux
le corps couvert de fourrures et de soleils
sanglants

 

Oui tu veux que ta vie soit un gerbier de flammes
et couvrir de longs doigts tes amours
impossibles toujours sous les feux de la nuit

 

j'entendrai dans les fruits
arrachés aux montagnes
du givre et du sucre glacé sur tes lèvres

 

les jours de pleurs de morsures et de Termes
où serait connu
ton retour pour Kala

 

ta peine brisée aux larmes d'un rasoir
les yeux saillis dans de folles lanternes
et le guide marchant sur des sentiers d'azur

je ne serai plus lâche et je serai celui
qui dit dans son regard tous ces mots de trottoir

 

je vous aime et c'est d'amour fou

comme le vent claque aux portières
et le fer glisse les rails de la nuit

je reviendrai tu sais blessé de hardes
les yeux déchirés comme ce moussaillon

 

sur mes genoux
à Lahore
ou Kandahar…


 

 

Informations supplémentaires

  • Editions: Revue de poésie n° 37 Vendanges d’avril
  • Date de parution: Mars 1982