title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

title

description

title title

Rencontres de Chédigny

LES REVUES LITTERAIRES, EFFERVESCENCE et COMMÉMORATIONS

argaiv1110

Le moment est donc venu où de prestigieuses revues comme Critique ou Les Temps Modernes fêtent leur jubilé, par des numéraux spéciaux, riches d’enseignements, à la fois sur leur présent et leur passé. 0ù la NRF, quasiment née au début du siècle (1909!), s’offre une cure de jouvence et prend une nouvelle orientation sous la direction de Bertrand Visage, sans parler de la plus vieille encore Revue des deux mondes (fondée en 1829!) qui, à l’occasion d’une reprise en main à la fois économique (Marc Ladret de Lacharrière) et rédactionnelle (Bruno de Cessole), s’efforce d’affronter le présent avec des velléités de modernisme tout en tirant leçon de sa longévité sous la plume d’Emmanuel Le Roy-Ladurie, préfacier de l’anthologie; Les trésors retrouvés de la Revue des Deux Mondes...

 

Ces diverses commémorations (signe des temps, certes, mais néanmoins recherche d’affirmation d’une réelle existence) prouvent, si besoin était, que les revues peuvent survivre et résister, même si la plupart d’entre elles, et non des moindres, ne vivent que ce que vivent les roses, l’espace d’un matin, c’est-à-dire l’espace d’un, deux ou trois numéros. Elles ont en tout cas une histoire, c’est indéniable, appartiennent à l’histoire proprement dite et en constituent même des “moments significatifs”, comme l’a souligné Roland Barthes. Elles jouent en fait plus qu’on ne le croit un rôle déterminant dans la vie des lettres (oserait-on rappeler les brûlots que furent le Bulletin des Situationnistes et les revues surréalistes, notamment Le Surréalisme au service de la révolution?).

Mais les rappels seraient innombrables et du Mercure de France aux Cahiers de l’Herne, en passant par les Cahiers du Sud, Le Nouveau Commerce, L’Arc, Tel quel, Change, Europe ou Esprit, il va de soi que certains noms restent indissociables de l’histoire de la littérature et de la pensée contemporaine. Car souvent, dans ces revues, ce sont élaborées les nouvelles et risquées aventures de l’écriture, au point qu’elles ont été considérées, à juste titre mais jusqu’à y être malheureusement enfermées, et de leur propre chef parfois, comme “de véritables laboratoires pour les lettres”, pour reprendre une formule célèbre qu’on attribue aussi bien à Paul Valéry qu’à Valery Larbaud…

 

 

 

Informations supplémentaires

  • Editions: Centre Régional du Livre
  • Date de parution: 1997